Le Canal du midi

Un ouvrage remarquable classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996 dont la préservation relève d'une absolue nécessité

Le tracé de Carcassonne : une histoire "pavée d’embûches »

Réalisé entre 1667 et 1694 sous la direction de Pierre Paul Riquet., cet ouvrage est remarquable par bien des aspects.

D’un point de vue technique : il a réussi la prouesse de créer une liaison entre l’Océan Atlantique et la Mer Méditerranée sur 360 km de voies navigables jalonnées par plus de 300 ouvrages (aqueducs, écluses). C’est une réalisation complexe qui est un bel exemple de réussite en matière de génie civil hydraulique.

D’un point de vue esthétique: les concepteurs de l’ouvrage ont cherché à faire coexister de façon harmonieuse les réalisations architecturales avec les paysages environnants.

Initialement le tracé du Canal du Midi ne comprenait pas la Ville de Carcassonne. En effet Les négociations entre Pierre Paul Riquet et le juge-mage de Carcassonne n’aboutirent pas d’un point de vue des prises en charge financières respectives. Aussi le tracé passa à 2 km au nord de la Ville. L’acheminement des marchandises depuis la Vallée du Fresquel faisait perdre le bénéfice du transport fluvial. Une prise de conscience de cette erreur stratégique par les édiles locaux permit le détournement du premier tracé et le ralliement au cœur de la Bastide en 1810.

La gestion et la sauvegarde du Canal :

Elle a été confiée aux Voies Navigables de France (VNF), Établissement public créé en 1991. Elles sont chargées de la gestion, l’exploitation, la modernisation et le développement du domaine public fluvial.

  • Le chancre coloré un fléau qui menace le Canal :

Le chancre coloré est un champignon microscopique qui se loge à l’intérieur de l’arbre et bloque ses canaux de sève. Une fois infecté le platane a une espérance de vie entre 2 et 5 ans.La propagation du chancre coloré se fait par contact avec les racines ou par le biais des blessures existantes sur l’arbre (accrochage des racines ou des arbres lors de l’appontement des bateaux).

Des recherches sont menées par L’INRA depuis des années mais aucun vaccin n’a pu être testé. Une production de clone résistant le « Platanor » a vu le jour. D’autres clones sont en cours d’études.A ce jour la seule solution pour éradiquer la contamination est l’abattage systématique des arbres contaminés ainsi que ceux implantés dans un périmètre proche. Cette décontamination est accompagnée d’une procédure lourde de désinfection de la zone, de transport des arbres contaminés et de leur incinération.

  • Une campagne de plantation de nouvelles essences:

VNF, sous le contrôle des services de l’État et avec l’appui de nombreux experts et des collectivités, a été chargé de coordonner et de mettre en œuvre le projet de replantation du canal du Midi. Les différentes collectivités ont élaboré un projet de restauration des plantations qui a été soumis et validé par la Commission Supérieure des Sites, Perspectives et Paysages. Ce projet a été élaboré pour assurer la replantation des arbres du Canal du Midi. Une campagne de mécénat a été lancée pour permettre de financer ce projet : « Canal du Midi, avec moi il revit ! »

La Charte inter région du Canal des deux mers (Canal du Midi et Canal de Garonne): "entre préservation et promotion du site".

Cette charte est suivie par un comité de pilotage composé de l’État, de VNF, des conseils régionaux d’Aquitaine, de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, des conseils généraux et de l’association des communes ou intercommunalités riveraines du canal avec les communes d’Agen, Toulouse et Carcassonne.Elle a pour objet de fixer les ambitions communes pour le développement du Canal des Deux-Mers. Les axes préconisaient par cette charte sont :

  1. la protection et la mise en valeur des richesses naturelles et patrimoniales du Canal et des territoires traversés.
  2. le développement économique et touristique.
  3. le maintien du fonctionnement de la voie d’eau ainsi que la modernisation l’infrastructure.
  4. la restauration des plantations du Canal du Midi.

De ces quatre axes découlent un plan d'intervention avec des actions prioritaires:

  1. la modernisation de l’infrastructure.
  2. l’aménagement d’itinéraires verts.
  3. la signalétique.
  4. la valorisation des territoires traversés.
  5. la gestion de l’eau.

http://www.midi-pyrenees.gouv.fr/web/Portail_Midi-Pyrenees/2876-conventions-interregionales-plan-garonne-et-canal-des-deux-mers.php

http://www.vnf.fr/canaldumidi/

http://www.audetourisme.com/fr/laissez-vous-seduire/histoire-et-patrimoine/le-canal-du-midi-et-la-robine.php