LA BASTIDE SAINT LOUIS

La deuxième ville médiévale de Carcassonne

 

Appelée aussi "Ville Basse"," Bastide Saint Louis ou Louis IX". C'est en effet en 1247 que ce nouveau bourg est créé en rive gauche de l'Aude pour remplacer celui existant sur les contreforts de la Cité. Cette nouvelle ville dont le tracé se trouve plus près des rives d'Aude est à l'image des bastides du grand Sud Ouest. Elle est tracée selon un plan orthogonal avec des carrons réguliers et reliée à la Cité par le fameux Pont Vieux au début du XIVeme siècle. C'est après la soumission des Trencavels au pouvoir royal que les habitants sélectionnés après enquêtes se voient restituer des parcelles perdues lors de la destruction de l'ancien bourg qui devient une zone de servitude militaire. En 1276, Philippe III "ferme la ville de murs en terre sauf le long de la rivière sur laquelle est construite un mur en pierres pour se protèger des innondations"*  . Les deux églises paroissiales, Saint Vincent et Saint Michel se construisent selon un axe Nord Sud. Cette position est à mettre en relation avec celle qu'elles occupaient dans les anciens bourgs autour de la Cité. La construction de Saint Vincent débuta en 1269. Il est à noter qu'à la  différence du sanctuaire et des chapelles latérales, voutées d'ogives dès le  XIVeme, la nef ne fut voûtée que vers le milieu du 18eme.Saint Vincent est l'église des consuls où se déroulaient toutes les cérémonies publiques. Sa tour de 54 mètres qui abrite le clocher (ouvert au public) a servi de tour de guet en temps de guerre notamment au XVIeme. L'église Saint Michel qui vient d'être restaurée est également typique des églises de type gothique méridionnal établies au XIIIeme. "Cette église à nef unique de huit travées, est amplifiée par la présence de chapelles hautes et spacieuses, voûtées d'ogives dès l'origine, placées entre les contreforts..A l'Est un choeur plus étroit, d'une seule travée, se termine par une abside pentagonale flanquée de deux absidioles". (conf Jean Guilaine). De nombreuses restaurations sont le fait de Viollet le Duc.  Le tracé de la bastide d'aujourd'hui est la conséquence de plusieurs périodes de reconstruction. Après l'incendie du Prince noir en 1355 qui dura 5 jours, il n'y eut que les murs des églises qui résistèrent.. Des bastions sont encore visibles de nos jours mais sont vraisemblablement plus tardifs, lorsque Montmorency, gouverneur de la Province, fit réparer et fortifier le diocèse, soit vers 1547, lorsque la ville obtint des Etats du Languedoc une exemption d'impôts (la taille) de 10 ans afin de réparer les murs et fortifications. L’originalité de la bastide c’est sa composition, ordonnancée en ilots soit 73 carrons de 79mètres de côté avec des espaces de parcs et jardins, de places, de cours intérieures avec parfois un bassin  et ces rues labyrinthiques.  Elle est à l’image d’une organisation de vie des habitants de cet ensemble urbain unique en relation avec le caractère architectural d’une ville du Sud. En cœur d’îlots nombreux sont les hôtels des riches marchands drapiers de la Renaissance, activité qui s’est affirmée à partir du Moyen Age pour décliner au XIXeme siècle.  La Bastide inscrite comme secteur sauvegardé en 1997 est avant tout un espace de vie à réintroduire dans des enjeux sociaux et culturels d’aujourd’hui. Si la Cité se voit, la bastide se découvre et surtout se dévoile à ceux qui s’éloigneront des tracés balisés.

http://www.tourisme-carcassonne.fr/decouvrir/patrimoine-culturel-et-religieux/la-bastide-saint-louis

* source : Thomas Augustin Bouges